Suivre la vie du site RSS 20.Plan du site
Espace privéSPIP

TRANSMISSION recréation et répétition

Exposition du 18 juin au 14 juillet inclus.

Palais des Beaux-Arts
13 quai Malaquais - 75006 Paris

Du mardi au dimanche de 13h à 19h

Rita Ackermann, Josef Albers, John Baldessari, Joseph Beuys, Thierry Boutonnier, Travis Boyer, Kasper Bosmans, Kim Bradford, Atelier Bruguera, Zoé Capdevielle, Greg Castéra, Paul Créange, Édouard Cuyer, Bady Dalloul, Alexandre Damerval, Nicolas Darrot, Mark Dion, Guillaume-Benjamin Duchenne, Albrecht Dürer, Robert Filliou, Mara Fortunatović, Mats Gustau, Isabella Hin, Thomas Hirschhorn, Jean-Antoine Houdon, Jean-Auguste-Dominique Ingres, Max Jefcut, Pablo Jomaron, Yaël Kreplak, Jean-Gaspard Lavater, Franck Leibovici, Christophe Lemaitre (avec François Lancien-Guilberteau, Aurélien Mole, Sarah Tritz), Naomi Lulendo, Diogo Maia, Benoît Maire, Robin Jiro Margerin, Léonard Martin, Michel-Ange, Olivier Mosset, Nils Norman, Yoshua Okón, Élisabeth Péleraux, G.T. Pellizzi, Philomène Pirecki, Polydore, Morgane Porcheron, Pablo Prieto, Eileen Quinlan, Marthe Ramm Fortun, Paul Richer, Martha Rosler, Tanguy Roussel, Clara Saracho de Almeida, Camille Sauer, Pierre Seiter, The V-Girls, Théophile Stern, Mladen Stilinović, Christelle Tea, Cheyney Thompson, Victor Vaysse, Ana Vega, Marta Wengorovius, Adolphe Zimmern, Mathieu Zurcher.

Commissariat : Sarina Basta, curateur Gulbenkian, associée aux Beaux-Arts de Paris pour l’année 2015.


L’exposition, réalisée par Sarina Basta, présente le travail d’étudiants, d’artistes diplômés des Beaux-Arts de Paris et d’artistes invités qui placent la pédagogie au coeur de leur pratique artistique ou utilisent le langage pédagogique et sa représentation comme forme, tels John Baldessari, Joseph Beuys ou Martha Rosler...
Une section est consacrée à Josef Albers, comportant une sélection d’oeuvres et de travaux réalisés avec ses étudiants à différentes périodes de sa carrière d’enseignant au Bauhaus, à la Black Mountain College et à Yale.
Un autre ensemble, Saisies du réel, rassemble des oeuvres et des objets pédagogiques de la collection des Beaux-Arts, du XVIe siècle à aujourd’hui.

Cette exposition met en exergue des oeuvres dont l’état d’achèvement s’avère ambigu, car en dehors de toute contrainte de finitude : elles se situent entre l’étude, le commentaire ou la démonstration, comme dans les travaux de Robert Filliou ou Mladen Stilinović. Dans ce champ ouvert, l’outil de mesure accède au statut d’objet d’art et de méditation, comme dans le travail récent de Benoît Maire, l’écorché attribué à Michel-Ange ou les moulages anonymes présentés dans Saisies du réel.
La répétition et la re-création sont deux modes opératoires explorés par l’exposition. La première, la re-création ou (re) création, est parfois associée à la pratique traditionnelle de la copie (plâtres ou copies de maîtres). L’idée de répétition s’exprime par la croyance académique au fait que la répétition d’un geste permettrait d’atteindre la virtuosité ou la maîtrise. L’exposition se consacre à ces modes de production spécifiques, les actualise pour les examiner dans une approche contemporaine.

Transmission, recréation et répétition explore les diverses positions des artistes par rapport à la transmission, autant par des gestes techniques que dans la constitution de la figure de l’artiste.
Transmission célèbre les forces vives de l’École, souligne la spécificité des Beaux-Arts tout en rendant hommage aux artistes dont la pratique artistique prend la pédagogie comme forme et qui reflète la subjectivité de l’étudiant. Elle se propose de faire découvrir au public des oeuvres rarement exposées et rassemblées autour d’un thème qui s’inscrit au coeur même des Beaux-Arts de Paris, de son histoire d’hier, d’aujourd’hui et de demain.




Avec la collaboration de Philippe Comar, professeur de dessin et de morphologie aux Beaux-Arts de Paris pour Saisies du réel, une sélection d’objets pédagogiques issus des collections des Beaux-Arts de Paris.