Suivre la vie du site RSS 20. Plan du site
Espace privé SPIP

Déclassement

L’exposition "Déclassement" proposée cet été au château d’Oiron, sera présentée du 24 juin au 30 septembre.

Artistes : Béatrice Balcou, Hélène Bertin, Tyler Coburn, Mathis Gasser, Mobilier Peint, Aurélien Mole, Jay Tan, Céline Vaché-Olivieri, France Valliccioni

Commissaire : Barbara Sirieix


Le château d’Oiron, centre des monuments nationaux, présentera du 24 juin au 30 septembre l’exposition « Déclassement », proposée par Barbara Sirieix, commissaire. Les artistes Béatrice Balcou, Hélène Bertin, Tyler Coburn, Mathis Gasser, Mobilier Peint, Aurélien Mole, Jay Tan, Céline Vaché-Olivieri et France Valliccioni viendront questionner le processus de sédimentation de l’Histoire, conférant à la collection contemporaine un statut patrimonial, au même titre que le monument.

Monument historique, monument d’aujourd’hui, monument du futur…

À l’issue de ses 500 ans d’existence, marquée par des périodes de faste comme d’oubli, le château d’Oiron est devenu un authentique livre de pierre. Sa grandiose architecture, ses riches décors, tout comme les stigmates d’une ruine auquel il faillit être abandonné, nous racontent de multiples histoires. L’art y tient souvent une place à part : dès le XVIe siècle, le grand écuyer de France a souhaité faire de sa demeure un écrin pour l’art de son temps, dont la grande galerie de peintures demeure un témoignage exceptionnel. Les héritiers de Claude Gouffier ont poursuivi avec la même ambition ce vaste dessein, en reconstruisant le château, en le faisant évoluer et en ne cessant de l’enrichir. À partir du milieu du XVIIe siècle, il entre toutefois dans une lente décadence, qui le condamne progressivement à l’oubli. Au début du XXe siècle, Oiron n’est plus qu’une coquille vide et délabrée, hantée par le souvenir de ses splendeurs d’antan. Il faudra attendre la fin des années 1980 pour que le monument renaisse véritablement de ses cendres. Suite à plusieurs expériences, la décision est prise de le restaurer en passant simultanément des commandes aux artistes contemporains, dont les œuvres viendront habiter les salles désertes du château. À partir de 1993, il devient l’écrin d’un ambitieux programme artistique, librement inspiré des cabinets de curiosités de la Renaissance. Ce projet sans équivalent se veut le pendant actuel des prestigieuses collections de la famille Gouffier. 25 ans ont passé depuis le vernissage « historique » de la collection Curios & Mirabilia.

Devenus absolument indissociables, le monument et sa collection sont désormais une seule et même entité : l’histoire de ses propriétaires, son architecture palimpseste, ses décors historiques et ses œuvres contemporaines s’entremêlent pour former la complexe identité du lieu. Pensée comme une strate supplémentaire de l’histoire du château, la collection est entrée dans le vaste champ du patrimoine, notion qu’elle ne cesse d’interroger depuis son installation entre ces murs historiques. Qu’est-ce, au fond, que le patrimoine, sinon ce que l’on décide de transmettre aux générations futures ? Mais quels choix opérer au cours de cette transmission ? Peut-on être à la fois contemporain et patrimonial ?




Informations pratiques :

Vernissage le 23 juin à 18h.

Exposition présentée jusqu’au 30 septembre

Partagez l’expo sur les réseaux avec #Declassement

Lieu : Château d’Oiron