Suivre la vie du site RSS 20.Plan du site
Espace privéSPIP

À l’envers, à l’endroit…

À l’envers, à l’endroit… à l’envers… à l’endroit… à l’endroit, à l’envers…

Exposition collective du 7 mai au 13 juillet 2014
Vernissage le mardi 6 mai à 19h30

Avec des œuvres de :
Juliana Borinski, Delphine Burtin, Pascal Convert, Marina Gadonneix, Mark Geffriaud, Agnès Geoffray, Isabelle Giovacchini, Nicolas Giraud, Isabelle Le Minh, Mathieu Mercier, Aurélien Mole, Constance Nouvel, Silvana Reggiardo, Clare Strand, et Maxime Thieffine.
La proposition de Nicolas Giraud intègre des oeuvres de Victor Kane, Ayako Kiyosawa et Charlotte Moth.
Et pour mémoire, le fac-similé d’Hippolyte Bayard, Autoportrait en noyé (1840)

CPIF
107, avenue de la République
77340 Pontault-Combault


Cette exposition collective explore la troisième dimension de l’image, sa face cachée, ses plis et ses creux, réels ou symboliques ; un hors-champ encore/déjà là, qui pourrait échapper à la représentation et qui contient des informations, des potentiels fictionnels ou plastiques insoupçonnés. Les œuvres rassemblées font vaciller la fixité du point de vue, la posture d’observation, et proposent de bouleverser l’ordre des choses ; rien n’est figé, comme un battement.

Tandis que, dans l’usage commun, les photographies aboutissent le plus souvent à une forme « dématérialisée » (stockées à l’état de données chiffrées dans des fichiers, elles s’actualisent rarement au-delà du périmètre de l’écran), les artistes invités par le CPIF envisagent le tirage photographique non comme une simple surface, mais interrogent l’image photographique et son support comme objet.

De plusieurs générations, ces artistes retournent, déplacent les processus, les procédures et les attitudes admises de la production d’images, et bousculent les habitudes de réception. Leurs recherches viennent enrichir les démarches réflexives sur le medium, alors que dans le champ de la recherche théorique, les définitions de « la » photographie évoluent sans cesse.